L’IReSP a organisé le 29 janvier 2015 un colloque intitulé « De la pratique à la recherche en éducation thérapeutique du patient : aspects méthodologiques » qui a réuni plus de 200 participants (chercheurs, praticiens et acteurs de terrain, associatifs, décideurs/financeurs,…).

Cet évènement a reçu le soutien de la Direction Générale de la Santé et les parrainages de l’École des Hautes Études en Santé Publique, de la Société Française de Santé Publique et de la Société d’Éducation Thérapeutique Européenne.

 Les présentations et les posters du colloque sont désormais en ligne sur le site de l’IReSP.

 Les actes du colloque et les vidéos des interventions viendront bientôt s'y ajouter.



 

L’ETP est définie comme un processus qui permet « d’aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique […] »[1]. L’ETP est un élément indispensable de la prise en charge des malades atteints d'une maladie chronique et fait à ce titre l’objet de recommandations. La mise en œuvre des programmes d’ETP reste toutefois hétérogène et présente des inégalités selon les territoires. De plus, si le champ de l’éducation thérapeutique mobilise d’ores et déjà une importante littérature scientifique, les données objectives et contextualisées à la France sur les bénéfices de l’ETP, mais aussi sur ce qui a trait à son format ou son accessibilité, restent limitées. Ce champ de recherche demande donc à être développé afin de mieux éclairer les pratiques des professionnels de santé, les politiques publiques de santé, et plus généralement, les patients et leurs familles.


Dans cet objectif, ce colloque se propose de se centrer sur les relations entre la pratique et la recherche en ETP en privilégiant les aspects méthodologiques portant sur ces liens. Pour cela, les échanges entre chercheurs, décideurs et acteurs de l’ETP seront développés autour de trois axes principaux. On se demandera tout d’abord comment faire émerger des connaissances en ETP via les expériences de terrain. Il s’agira ainsi de se questionner sur la manière de capitaliser sur les innovations en ETP menées sur le terrain, au côté des données des chercheurs, afin de produire des connaissances généralisables. On s’interrogera ensuite sur l’évaluation et les effets des ETP. De fait, les outils classiques de la recherche dans le domaine biomédical ne sont pas toujours adaptés à la complexité des interventions d’ETP. Il s’avère donc nécessaire de réfléchir à des méthodes mieux adaptées à ce type d’intervention complexe. Enfin, la thématique des impacts des programmes d’ETP sera abordée au cours de la dernière session de la journée. Au-delà de la question de l’efficacité, il s’agira ici de s’intéresser aux processus et aux effets sur les identités, tant des professionnels que des patients, ainsi que sur les transformations de leurs relations.

[1] Conformément à la définition de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) aux travaux de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES).



 

The purpose of TPE is to “help patients acquire and hone the skills they need to live with chronic disease” [1]. TPE is an indispensable part of care in chronic disease and therefore warrants guidelines. Nevertheless, the implementation of TPE programs remains inconsistent and faces territorial inequalities. Moreover, although the literature on therapeutic education is extensive, there is little objective information on the benefits of TPE in the French context, or on its formulation and accessibility. This field of research therefore needs to be developed to clarify professional health providers’ practices and public health policy — and more generally, improve the support given to patients and their families.

To this end, this colloquium will focus on relationships between practice and research in TPE, especially methodological questions pertaining to said relationships. The discussions between researchers, workers and decision-makers will be steered along three main lines. Firstly, how to expand our knowledge about TPE on the basis of practical experience; this means looking at how to capitalize on innovations in TPE implemented in the field — complemented by research data — to generate widely applicable conclusions. Secondly, how to assess TPE and its effects; indeed traditional biomedical research methods are not always suited for TPE intervention’s complexity, hence new methods are to be developed. Finally, the topic of the impact of TPE programs will be addressed in the last session. Above and beyond the question of effectiveness, we shall look at processes and effects on the identities of both professionals and patients, as well as changes in their relationships.


[1] In line with the World Health Organization (WHO) definition and the work of the Haute Autorité de Santé (HAS, French National Authority for Health) and the Institut National de Prévention et d’Education pour la santé (INPES, National Institute for Prevention and Education in Health).